La réputation millénaire de l’aloès et de ses vertus a évidemment incité les scientifiques à étudier sa composition et ses propriétés thérapeutiques.

Ce sont les américains Smith et Stenhouse en 1851 qui identifièrent pour la première fois un des principes actifs de la plante.

En 1912, un planteur du Kentucky observa avec surprise les vertus curatives de l’Aloe Vera, lorsqu’un ouvrier de sa plantation gravement brûlé guérit rapidement après avoir enduit les blessures de pulpe d’aloès. Il décida de cultiver l’aloès et de le commercialiser sous forme d’onguent.

 

C’est dans les années 30 que furent mise en évidence scientifiquement les vertus de l’Aloe Vera et des dizaines de chercheurs s’attaquèrent alors à l’étude poussée des compositions de la plante. Parmi eux, Chopia et Gosh identifièrent en 1938, les principaux éléments actifs de l’Aloe vera.

A la fin des années 50, un pharmacien texan (Bill C.Coats) réussit à stabiliser la pulpe fraîche de l’Aloe Vera par un procédé tout a fait naturel. Son brevet consiste à stabiliser la pulpe par un procédé précis d’adjonction de vitamines et anti-oxidants. (Vitamine C, E, sorbitol, anti-oxydants).

C’est cette découverte majeure qui permit aux bienfaits de l’Aloé Vera de commencer à conquérir le monde.

Les recherches et les découvertes continuent…

Au cours des dix dernières années, toutes les études scientifiques modernes confirment les connaissances empiriques acquises dans l’utilisation de l’Aloé vera, et de plus en plus de chercheurs à travers le monde, dans bon nombre d’universités réputées, continuent à officialiser les nombreuses vertus de cette plante, en application externe comme interne.

  • UNIVERSITE DE ALCALA DE HENAREZ (MADRID-ESPAGNE
  • UNIVERSITY OF TEXAS (USA) MEDICAL BRANCH (USA)
  • UNIVERSITY OF TEXAS HEALTH SCI CENTER (USA)
  • FUJITA HEALTH UNIVERSITY (JAPON)
  • TOKYO’S WOMEN MEDICAL COLLEGE (JAPON)
  • NAGASAKY UNIVERSITY (JAPON)
  • BEN GURION UNIVERSITY OF NEGEV (ISRAEL)